Vendredi 24 Novembre 2017

le GRAND ORIENT D'HAITI DE 1824
PUISSANCE MACONNIQUE SOUVERAINE

Extrait du  manifeste portant la création du Grand Orient d’Haïti de 1824

Lorsque par suite des événements politiques, pour se soustraire à l’influence d’une domination étrangère et revendiquer les droits sacrés et imprescriptibles de la nature, les peuples, en se détachant les uns des autres, pour prendre le rang qui leur a été assigné par les décrets immuables et éternels de la Divine Présidence, ont fixé d’une manière irrévocable leurs plus hautes destinées ; de même dans les révolutions qui naissent dans les sociétés particulières, lorsque les forces morales et physiques annoncent l’âge viril et de maturité qui provoque leur émancipation, rien ne doit s’opposer à cette noble résolution, qui n peut être considérée que comme l’œuvre du temps et le résultat indubitable des progrès de la raison humaine. Tel, dans le berceau, l’être encore débile s’agite, et pour le développement de ses organes, brise de lui-même les lisières de l’enfance.

Dans l’ordre constant de la nature, les peuples, comme les corporations qui existent dans le sein des états, peuvent donc se détacher, pour boire dans la coupe sacrée de l’indépendance, et ce heureux changement qui étend et multiplie les ressorts par lesquels se meut toute organisation sociale, en fixant l’empire des lois, assure aussi celui des vertus. Dans l’amour du plus noble enthousiasme que l’amour de la liberté et de l’indépendance peut également produire les jours les plus purs doivent luire pour les enfants d’un même Dieu, et les concerts d’allégresse et de louange se font entendre parmi les hommes qui ont pareillement reçu en naissant les mêmes facultés morales et intellectuelles. Mais en prenant cet élan sublime, qui les place dans une sphère plus élevée, ils ne peuvent se dispenser, pour ne point heurter les convenances reçus, et pour promouvoir les grands intérêts qui se lient à la cause générale et commune, de mettre en pratique les éléments les plus propres à leur concilier l’estime et la bienveillance de tous les peuples , en suivant comme règle invariable et sacrée, les principes généraux et les lois primitives qui ont toujours régi les nations indépendantes et civilisées.

La maçonnerie qui réveille en nous les sentiments de la plus pure humanité et qui a pour but la pratique de toutes les vertus en élevant l’homme au niveau de l’homme, établit aussi dans les symboliques mystères, des liens qui enlacent les membres de cette grande communauté pour les tenir à jamais unis ; et c’est aussi sous les auspices de la concorde et de la véritable fraternité que s’opèrent les rapprochements si doux et ces communications qui ont lieu entre les nations des contrées les plus éloignées de la terre, malgré la différence des langues, des dogmes et des opinions religieuses et politiques pour ne former qu’un peuple universel de frères.

Après ces notions préliminaires qui établissent incontestablement le droit que les peuples et les sociétés particulières ont également reçu de la nature pour se soustraire les uns aux autres et pour prétendre à leur indépendance, il est du devoir des francs et acceptés Maçons d’Haiti, de déclarer publiquement au monde Maçonnique, quelles sont les causes légitimes qui les ont portés à se détacher de la Grande Loge Unie d’Angleterre et à établir aussi chez eux un Grand Orient entièrement indépendant de tout autre institué sur la surface de la terre.

On ne peut révoquer en doute que, pour la conservation de la tranquillité des peuples, il ne soit absolument urgent qu’il y ait un centre commun où tout vienne aboutir. […]
                 

Suivant Suivant

 

Grand Orient 1824-Tous droit reservés
gsgoh1824@gmail.com
Tel:(509)2-228-3959/3-401-3724
201, rue du Magasin de l'Etat P-a-P Haiti Ht 6110