Jeudi 14 Decembre 2017

le GRAND ORIENT D'HAITI DE 1824
PUISSANCE MACONNIQUE SOUVERAINE

SUITE...

Avant la révolution française, la Franche Maçonnerie était bien connue dans notre pays natal, mais l’étranger seul avait le droit d’être initié dans ses profonds mystères. Ce ne fut qu’à cette époque, précédant de quelques années la déclaration de notre indépendance nationale, que les Haïtiens furent enfin jugés dignes de recevoir la Lumière. Par un concours d’évènements inattendus qu’aucune puissance humaine ne put maîtriser, l’indigène, dans les veines duquel le sang africain ne cesse de couler, venait de voir briser ses indigènes chaînes comme par enchantement, à la seule présence de l’humanité, dans ces belles régions qu’un soleil toujours brillant vivifie de ses rayons salutaires. Quelques-uns de nos concitoyens furent reçus dans les loges qui suivaient le rite Français ou Ecossais ; mais après l’expulsion des Français, les anciennes Loges n’existant plus, ou les constitutions qui les régissaient, ayant été transporté ailleurs, le peu de Maçons réguliers d’Haïti se réunirent dès la fondation de la République, et députèrent le Tr :. Ill :. Fr :. Théodate Trichet, auprès de la Grande Loge d’Angleterre afin d’en obtenir une constitution, pour qu’ils puissent travailler sous ses auspices bienfaisants, Leur demande fut accueillie, et ce dépôt précieux, qui devait à jamais régulariser les travaux des deux premières Loges d’Haïti, reconnues à Port-au-Prince et aux Cayes, sous les numéros 603 et 604, sortis en effet dans une majesté emblématique de cette île fameuse qui doit être considérée comme la terre classique de la Liberté, vint s’offrir à nos regards, et dès lors nous fit jouir de la véritable Lumière.[…]
                  Considérant que pour contenir dans les limites les plus étroites l’insatiable cupidité des Maçons pourvus de hauts grades et venus de l’étranger ; et afin de réprimer les abus qui se commettent par les trafiquants de la Maçonnerie qui, abusant de leurs pouvoirs communiquent sans choix et sans preuve d’aucune moralité nos plus sacrés mystères […]
Considérant ainsi que, pour donner à la Maçonnerie toute sa splendeur et l’éclat qu’elle doit avoir chez un peuple belliqueux, connu par son caractère hospitalier et également amoureux de toutes institution morale et religieuse, il devient indispensable dans les circonstances où nous nous trouvons, de la placer dans les hautes régions où il est assigné par la Divine Providence, et qu’il est aussi de notre dignité, en notre qualité de Maçons réguliers, citoyens d’un État libre et indépendant, de nous régir nous-mêmes, par nos propres statuts et règlements généraux de l’Ordre de la Grande Loge Provinciale a unanimement et solennellement déclaré que les loges de cette Province Maçonnique Anglaise cessait dès ce moment et pour toujours de faire partie de la Grande Loge Unie d’Angleterre ; qu’elle se constituait séance tenante GRAND ORIENT D’HAITI, et qu’elle reconnait pour Grand Protecteur de l’Ordre son Excellence le Tr :. Ill :. Fr :. Jean Pierre BOYER Président d’Haïti.
            Ayant ainsi exposé dans ce manifeste tout ce qu’il était nécessaire de dire sur la grande mesure que nous venons d’effectuer, nous prenons à témoin le G :. A :. De l’Un :. De la pureté de nos intentions et désir que nous avons de conserver sans tâche cette noble et sublime institution, qui nous a été transmise aussi belle et aussi pure qu’à l’époque qu’elle sortit brillante de lumière de l’esprit inspiré par la Divinité.
            Donné à l’orient de Port-au-Prince en Grande tenue solennelle, le 25 Janvier A :. D :. 1824 A :. L :. 5824

Signé de :
J.I. FRESNEL, NAU, J.THEZAN, INGINAC , LLESPINASSE, PRESTON, CHANLATTE, BONNET, LEREBOURS, FREMONT, BEAUBRUN ARDOUIN, THEBAUD, MATHIEU etc.



retour page précédente



Grand Orient 1824-Tous droit reservés
Mail: gsgoh1824@gmail.com
Tel:(509)2-228-3959/3-401-37249
201, rue du Magasin de l'Etat, P-au-P Haiti Ht 6110